vendredi 17 février 2017

Quelques mots sur les Rolleiflex

Quelques mots sur les Rolleiflex

Avec cet article, j'entame une série dédiée aux appareils que je possède ou que j'ai eu l'occasion d'utiliser. A tout seigneur, tout honneur, je commence avec un des appareils les plus mythiques et surtout un de mes préférés: le rolleiflex. Je ne vous en vanterai pas en détail tous les mérites, d'autres l'ont déjà fait et mieux que ce que je ne pourrais le faire. Je vous ai mis en fin d'article un certains nombres de de références qui vous permettront de creuser et  de tout savoir sur la marque et sur ce modèle d'appareils photos. Vous pouvez également rajouter dans les commentaires les informations ou sources d'infirmations qui vous sembleront utiles. Je complèterai cet article ultérieurement avec des illustrations et compléments d'informations.

Mon Rolleiflex


Il fut un temps ou j'aurai voulu faire de la photo de rue. N'étant pas particulièrement à l'aise avec le regard de l'autre et après avoir suivi plusieurs photographes connus ou inconnus qui utilisent ce genre d'appareils, je m'étais convaincu qu'un appareil de ce type me permettrait d'éviter le regard de l'autre et m'aiderait dans ma pratique. Je m'étais donc lancé dans l'achat de TLR, à commencer par un Yashica Mat 124G dont je parlerai une prochaine fois. A l'époque, je ne connaissais ni les foires photos, ni les forums dédiés à l'argentique et j'avais craqué pour une annonce sur ebay à un prix a priori raisonnable. L'appareil reçu et fort poussiéreux, je lui fis faire un nettoyage/révision chez un réparateur lyonnais qui fut un peu long à me le faire. Malgré le prix de la révision qui gonflait le prix initial de l'appareil, je ne regrette pas cette mise à niveau qui a redonné une jeunesse à l'appareil. Pendant quelques mois, je me suis lancé de concert avec mon 50mm et mon K5, à mener deux séries parallèles de portraits en numérique et en argentique. Cela m'a permis d'apprivoiser l'appareil et d'en apprécier les qualités et d'en apprivoiser les défauts.

L'appareil est un moyen format, un 6x6, bi-objectif, reconnaissable à sa façade comprenant deux objectifs, le supérieur pour la visée, l'inférieur pour la prise de vue. L'appareil est un parallélépipède en métal dont les dimensions et le poids restent raisonnables et très largement en dessous d'un full frame moderne.
L'appareil possède donc un miroir fixe, qui présente la particularité d'inverser votre image en miroir. Suivre un sujet en mouvement peut être déstabilisant. L'usage du viseur sportif soulage cet inconvénient sans y remédier complètement (mais il faut alors faire une pré-mise au point et fermer pour être sur de son point). Cette conception présente bien des avantages.
Durant toute la prise de vue vous conservez un œil sur votre sujet, ce qui constitue un avantage évident, en particulier par rapport aux moyens formats mono-objectifs ou la remontée du miroir vient obscurcir votre vue le temps que vous réarmiez l'appareil. L'absence de miroir et la présence d'un obturateur focal diminue les vibrations et permet de travailler à des vitesses très basses, lorsqu'elles ne sont pas gommées. Certains descendraient facilement au 1/15 ou au 1/30ème de seconde sans bougé. Ajoutons à cela que ces vitesses sont souvent utilisées à pleine ouverture et en basse lumière, le point n'est pas toujours exact malgré tout dans ces conditions et le flou de bougé peut venir de votre sujet!
Au début, je visais avec l'appareil au niveau du ventre et en composant une trentaine de cm au dessus du dépoli. cela me semblait plus discret. Cela est peut être vrai pour de l'instantané en photo de rue. En revanche mes photos ont largement gagné avec l'utilisation de la loupe intégrée qui se déploie dans le viseur de poitrine. Je vous en recommande fortement l'utilisation.
L'appareil est facile à charger et présente un système de détection automatique du papier des rouleaux de 120 qui vous assure un départ des vues sur l'émulsion. L'ergonomie dépends des modèles. Sur le mien elle est tout simplement parfaite avec un bouton à tourner pour la mise au point, les deux roues en façade pour la vitesse et l'ouverture qui sont reportée dans une petite fenêtre.
Peu de défauts donc pour ces appareils robustes et solides (le mien est tombé sur un trottoir et a fait un trou dans le sol sans dommage pour l'appareil!) dont les optiques sont en outre de très bonne qualité. Le mien (et sans doute d'autres ) ont cependant une tendance au "flare" lorsqu’une source est lumineuse est dans le champ (ou lorsqu'un ciel blanc est trop présent). Ultime inconvénient pour certains, la focale est fixe! Ne pensez pas à changer d'objectifs! même si pour certains des compléments (pour les baionnettes 1 , et venant des yashica) permettent de passer au télé ou au grand angle. Un appareil que je vous recommande très chaleureusement tant pour son histoire, ses qualités, ou les photos que vous en tirerez!
Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de photos que j'ai faites avec. Essentiellement du portrait, même si il ne démérite pas pour le paysage!





Quelques photos faites avec mon Rolleiflex


Dad & Mom

Sabrina au rolleiflex

Nedjma au Rolleiflex

Cléo-Nikita

Hippolyte

Laure

Alexandra

Eric

Océanne

Claude


Références sur le web

Le site de Tipi:

Présentation générale: http://tipiphoto.free.fr/testnumerique/rolleiflex/
Guide d'achat: http://tipiphoto.free.fr/testnumerique/rolleiflex/choisirflex.htm

Dirapon

http://www.dirapon.be/TLR.html

Studio Plus

http://www.studio-plus.fr/photo-argentique/la-saga-des-6x6-bi-objectifs-tlr-twin-lens-reflex.html

Wikipedia: 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rolleiflex

Galerie Photo: 

2 excellents articles
http://www.galerie-photo.com/rolleiflex_bi_objectif.html 
http://www.galerie-photo.com/rolleiflex-image.html


Numéros de série:

http://www.rolleiclub.com/cameras/tlr/info/serial_numbers.shtml
http://www.rolleiclub.com/thedarkroom/?page_id=3583
http://www.rolleirepairs.com/models.htm

Historique des versions

Février 2017 : première version


Aucun commentaire: